ACCUEIL     NEWS      BIO      SAISON      GALERIE      CONTACT
Suivez Tom sur :
Invité surprise en GP2 ce week-end à Barcelone !

Alors qu’il dispute actuellement la Porsche Carrera Cup France, Tom Dillmann s’est vu offrir l’opportunité de disputer, à la dernière minute, les deux courses de GP2 avec l’écurie Arden ce week-end à Barcelone. Lors de la saison 2012, alors qu’il évoluait au sein de l’écurie Rapax sans aucun budget en poche, Tom Dillmann avait pris l’habitude d’être appelé à la dernière minute pour « boucher les trous » en cas de défection d’un autre pilote. Cette fois, le contexte est encore différent pour le Mulhousien, qui vient d’effectuer ses débuts en Porsche Carrera Cup France après avoir perdu son baquet de GP2 chez Russian Time en février.

« C’est une surprise, commente le Haut-Rhinois. Je ne m’y attendais pas, mais c’est une opportunité qu’il me faut saisir, surtout de la part d’une grande équipe comme Arden, c’est une vraie fierté que d’avoir été contacté par une écurie comme celle-ci ».

L’équipe Arden fait en effet partie des formations les plus expérimentées du plateau de GP2. Pour la petite histoire, l’équipe britannique a été fondée par Christian Horner, actuel directeur de l’écurie Red Bull en F1. A Barcelone, le pilote alsacien fera équipe avec l’Autrichien René Binder, 9e et 8e des deux manches d’ouverture à Bahrein début avril, et remplacera le Brésilien André Negrao. Contacté mercredi soir, Tom a pris la direction de Barcelone dès le jeudi matin pour découvrir l’équipe et sa nouvelle monoplace !

« C’est vrai que c’est allé vite, mais je sais que j’ai la capacité de m’adapter rapidement. J’ai suffisamment d’expérience pour savoir comment fonctionne une voiture de GP2. Passer de la Porsche à une monoplace aussi puissante ne me perturbe pas outre-mesure ».

Pour autant, la tâche du Mulhousien s’annonce ardue en Espagne, lui qui n’a plus touché de monoplace de GP2 depuis novembre dernier. « Il ne faut pas s’attendre à des miracles non plus, poursuit-il. Je n’ai pas fait d’essais, je n’ai pas disputé les deux premières courses de la saison à Bahreïn. Mais je ne peux pas me permettre de refuser de telles chances, même si je ne crois plus trop à un futur à long terme en monoplace… »

Voilà qui confirme en tout cas la cote de Tom Dillmann au sein du peloton du GP2, et ce malgré son absence totale de budget pour courir.