ACCUEIL     NEWS      BIO      SAISON      GALERIE      CONTACT
Suivez Tom sur :
Me voici sans volant en vue de la saison 2014.

La mort il y a quelques jours d’Igor Mazepa, le team principal de Russian Time, a considérablement changé la donne en ce qui me concerne. Igor était celui qui avait bâti l’équipe, celui qui avait su réunir les fonds pour un tel projet, et s’allouer les services du personnel de l’écurie Motopark pour la gestion sportive de l’équipe.

Il y a un an, au sortir d’une première expérience en GP2 conclue prématurément en 2012 faute de budget, j’ai été contacté par Hilmer Motorsport, avec qui j’avais réalisé des essais, et qui me promettait une place pour au moins les premières courses de la saison 2013. Peu de temps après, Igor Mazepa et Russian Time m’ont fait une proposition encore plus intéressante, puisqu’ils me proposaient un contrat pour 2013, puis 2014, sans apporter de budget puisque les investisseurs apportaient des fonds suffisants pour que l’équipe se permette de prendre des pilotes rapides, et pas forcément payants.
Pour moi, l’objectif était clair avec Russian Time : l’objectif était d’aider l’équipe à se développer en 2013, et de régler la voiture. Je voulais prendre de l’expérience avec l’équipe en 2013 afin de jouer le titre en 2014, fort de mon expérience. Nous avons réussi à amener l’équipe au plus haut, décrochant le titre des équipes, ratant même le titre pilotes de peu avec Sam Bird.

Pour 2014, l’accord entre Igor Mazepa, Motopark et moi était clair : je devais être le pilote de pointe de l’écurie, qui avait également prévu d’aligner Artem Markelov à mes côtés, ce dernier étant également heureux de prendre de l’expérience en GP2 à mes côtés.

Malheureusement, la mort d’Igor Mazepa, outre la douleur que j’éprouve pour la disparition de cet homme passionné et enthousiaste, a rompu cet accord. D’autant qu’il a entraîné le départ des membres de l’équipe Motopark, remplacés par ceux de l’équipe iSport en 2014. Privé de soutien, et toujours sans budget, je dois donc laisser ma place à Mitch Evans, un pilote soutenu par l’organisateur de la série GP2.

J’en éprouve une immense frustration car je m’étais beaucoup investi dans l’écurie, et je fondais de grands espoirs pour cette saison 2014.

Certes, gagner le titre en GP2 ne m’aurait pas ouvert les portes de la Formule 1, il n’y a qu’à voir le sort du champion sortant Fabio Leimer, qui n’a pu décrocher même un poste d’essayeur pour cette saison, malgré un apport budgétaire conséquent de surcroît. Mon objectif étant de devenir pilote professionnel, j’espérais surtout que mes performances en GP2 cette saison attirent sur moi l’attention d’un constructeur, en vue d’une carrière en prototype, en GT, voir en supertourisme.

A l’heure actuelle, je suis en contact avec plusieurs écuries de GP2, voire de Formule Renault 3.5, qui me proposent un volant au cas où ils n’auraient pas trouvé de pilote avec un budget d’ici leur première course de la saison. Dans tous les cas, je ne connaîtrai mon sort qu’à la dernière minute, une situation que j’avais déjà connu en 2012. Mais je garde espoir et je tiens à remercier tous mes supporters pour leur soutien.